Le coup de sang des industriels de l’ANC (suite)

By | 27/12/2015

« Du côté des industriels »  3. 

Le coup de sang des industriels de l’ANC (suite)

Notre réaction au commentaire qui nous a été envoyé par le délégué général de l’IFAA , suite à notre article « Le coup de sang des industriels de l’ANC ».

Lire ici ce commentaire de l’IFAA


« Sauf erreur de ma part, aucun contact n’a été pris avec l’IFAA afin d’échanger sur le sujet et d’entendre nos positions et le but de nos actions »

Il ne nous a pas semblé indispensable de prendre langue avec les représentants officiels de l’IFAA pour connaître ses positions; s’agissant de sa campagne actuelle, il n’y a pas eu de faille dans la communication… l’IFAA s’étant largement exprimé par voie de communiqués de presse, par lettres recommandées à tous les présidents de conseils départementaux et à tous les préfets des 36 départements de l’agence de l’eau Loire Bretagne !

« Notre Syndicat IFAA existe depuis 1974 à l’époque il s’appelait le SNPEAI, Syndicat National des Producteurs d’Equipements d’Assainissement Individuel et contrairement à ce que vous annoncez, les adhérents historiques sont les fabricants d’éléments destinés aux filières traditionnelles ».

C’est bien volontiers que nous complétons ici, ce que nous écrivions sur « les adhérents historiques » de l’IFAA.

Voici donc la liste des membres fondateurs de l’IFAA:

BONA SABLA : Ex filiale de la Compagnie Générale des Eaux ; N° 1 français des fabricants de produits en béton

APC et CALONA PURFLO :produits en polyéthylène et en polyester d’ANC; ce groupe devenu, « Premier Tech Aqua Purflo » (PTAP) depuis son rachat en 2010 par le canadien Premier Tech, produit des gammes de filtres compacts

STOC Environnement : micro stations

EPARCO : collecte et traitement des eaux usées (à cette époque, pas encore fabriquant de micro station)

SEBICO : fosses en polyéthylène et en béton allégé.

CABY et Cie : matériel d’ANC (membre de la commission de normalisation AFNOR P16E)

SIMOP : matériel d’assainissement

STRADAL : filiale de Saint-Gobain ; conception, fabrication et commercialisation de produits en béton.

SAR Thébault : filières ANC

Et …last but nos least

SOTRALENTZ Habitat : filières compactes d’ANC et micro stations à boues activées ; dont le directeur général et directeur commercial est M Hubert WILLIG, ci-devant … président de l’IFAA.

Membres historiques auxquels sont venus s’ajouter :

CULTISOL Pro : filière plantée de roseaux

PHYTO-PLUS environnement : micro stations

PROCAP : ANC pour la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane

Adhérent à l’UIE (Union Nationale des Industries et Entreprises de l’Eau et de l’Environnement), elle-même affiliée à la FNTP (Fédération Nationale des Travaux Publics) dont il partage le fort avenant bâtiment, sis dans le « triangle d’or » parisien, l’IFAA représente, selon sa propre estimation, environ 80% du marché français de l’ANC. Il est le principal membre organisateur des assises nationales annuelles de l’ANC, la plus importante manifestation promotionnelle de ce secteur.

« …Afin d’apporter une information objective à vos lecteurs, merci de mettre en téléchargement avec cet article les 2 communiqués de presse de l’IFAA sur le sujet »

C-P IFAA : « Enjeux et conséquence politique .. »

C-P IFAA : « Aides et réglementation en désaccord »

« Sur le fond du dossier, nous souhaitions alerter sur la contradiction absolue avec l’article 7 de l’arrêté du 7 septembre 2009 modifié le 7 mars 2012 relatif aux prescriptions techniques et cette priorisation non justifiée des filières de traitement, en faveur des filières traditionnelles et au détriment des filières agréées ».

On peut s’étonner de l’importance que cette « priorisation » revêt pour l’IFAA et du foin qu’elle produit dans ses rangs… L’IFAA n’étant «ni pro traditionnelles, ni pro agréées » mais « pro ANC de qualité, non seulement dans l’intérêt de la profession et de la pérennité de son activité mais aussi et surtout dans l’intérêt des usagers », dès lors, que lui importe …le flacon ! Traditionnelles ou agréées, toutes les filières de qualité, adaptées à la préservation de l’eau et à la liberté de choix des particuliers, ne devraient-elles pas le satisfaire et répondre à son credo ?

« Merci de vérifier également l’ensemble des accusations que vous portez car, par exemple, le « suivi in situ » n’est pas piloté par les industriels, puisque il y a un groupe d’échanges au sein du PANANC (Plan d’actions National Assainissement Non Collectif) auquel participe effectivement l’IFAA mais également les usagers au travers de la CLCV et que le travail actuellement sur le terrain est porté par le Groupe National Public Suivi In Situ ! »

Soit, revenons-y et « vérifions » comme l’IFAA nous le recommande les « accusations » que nous aurions portées – il est en l’espèce et accessoirement, étrange, de considérer qu’un contrôle in situ par des industriels puisse être considéré par l’IFAA, comme une « accusation » !

«Après une première étude menée par l’agence de l’eau Adour Garonne et Véolia (sujette à caution en raison des intérêts industriels de Véolia), il a été décidé de faire réaliser un suivi in situ par des collectivités territoriales neutres et indépendantes… » (*) C’est sous l’impulsion, dès 2012, de l’agence de l’eau Loire-Bretagne et en accord avec les ministères, qu’a été initié et installé un tout récent « Groupe national PUBLIC suivi in situ » au sein du PANANC dont la mise en œuvre est programmée en …2017 !

PANANC, dans lequel l’IFAA déclare avoir « une grande implication » (ce que nous pouvons confirmer !), et au sujet duquel il y aurait, par ailleurs, beaucoup à (re)dire…

(*)Philippe AGENET, chargé de mission au service des collectivités et des industries. Direction des politiques d’intervention de l’agence de l’eau Loire Bretagne.

Voir :   www.congresfnccr.weavent.fr/pdf/eau/TR20_la_mise_en_oeuvre_un_service_in_situ.pdf


« Nous vous accordons qu’en matière de maitrise de la galéjade, vous n’avez aucune leçon à recevoir de l’IFAA, tout comme en matière de lobbying, mais ôtez nous d’un doute, que défendent les associations d’usagers comme la vôtre ? Cherchez-vous à défendre les usagers, leur cadre de vie, l’environnement, ou plutôt le statu quo, le budget des ménages… »

En réponse à cette question pour le moins incongrue, disons que nous défendons, le budget des usagers ainsi que leur environnement et promouvons autant que notre force de « lobby citoyen», nous le permet, un véritable service public de l’ANC, à l’abri des lobbies (les vrais !).

Voir :   http://eau-entreprises.org/wp-content/uploads/Plaquette-pourquoi-adhérer.pdf

Une dernière incise avant d’en rester là…

François Le Lan
, Directeur Général Tricel France, par ailleurs administrateur de l’IFAA qui avait également manifesté une certaine humeur à nous lire, revient sur la « confusion » qu’il nous reprochait.

« Aussi bien rédigé fût-il, l’article « Ça ne sent pas bon pour les pros de l’assainissement » paru dans l’édition du vendredi 11 décembre 2015 de la Nouvelle République et de Centre Presse n’était pas d’une lecture aisée et pouvait parfois prêter à confusion… 

Pourquoi ce message alarmiste délivré par la presse, alors ? Il me semble important de préciser que lors de l’interview accordée au journaliste, je ne parlais pas au nom de Tricel, mais au nom de l’IFAA, le syndicat professionnel des Industries et Entreprises Françaises de l’Assainissement Autonome, dont je suis membre du conseil d’administration. C’est pour la profession entière que j’ai accepté de tirer le signal d’alarme dans les colonnes de la presse quotidienne.

j’ai le plaisir de confirmer que Tricel affiche une excellente santé : nous avons de nouveau enregistré une confortable croissance en 2015, créé des emplois, renforcé notre position de n° 1 des fabricants français de micro-stations d’épuration, et nous nous apprêtons à poursuivre sur cette voie en 2016. »

voir :   http://www.tricel.fr/actualite/article/tricel-sante-eclatante

Nous prenons acte de cette précision et … adressons à son auteur, nos félicitations pour l’excellente santé de sa société !

CR – 22 décembre 2015

EDIT 5 janvier 2016 :  Le Directeur de Tricel nous demande d’apporter le complément de commentaire suivant, ce que nous faisons bien volontiers. Si pour le moment tout va bien pour la société Tricel il n’en reste pas moins qu’une lourde menace pèse sur le libre choix de l’usager (…), sur le respect de la règlementation française et du droit européen, et sur les emplois de la filière entière.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *